Nous avons toujours eu envie d’avoir des poules...

 

carte

Hühner 1

Hühner 2

Hühner 3

Hühner 4

Hühner 6

Hühner 7

Hühner 8

Hühner 9

Hühner 11

Hühner 10

...Et depuis hier, c’est fait ! Nous sommes allés à la ferme recommandée par notre vétérinaire, où on peut acheter du grain et des aliments pour animaux et aussi, sur commande, des « volailles démarrées », c'est-à-dire de jeunes volailles qui commencent juste à pondre.

A l’arrivée chez nous, on a inauguré le poulailler fraîchement construit. D’abord deux « rouges », des poules brunes, bonnes pondeuses. Au cours de la journée, l’une d’elle s’est fait remarquer en piquant constamment du bec les plus petites, illustrant ainsi clairement le sens du mot "hiérarchie" ("Hackordnung").

Ensuite deux « Coucous de Rennes », également bonnes pondeuses paraît-il. Et deux de la variété « poules cendrées ». Elles sont grises, avec le bord des plumes un peu plus foncé que le centre. C’est très joli. Et elles aussi sont de bonnes pondeuses. Puis deux « Araucana », à la demande de ma fille. Elle les a découvertes en Amérique du Sud, leurs œufs du moins, très remarquables par leur couleur bleu-vert ! De plus, ces poules n’ont pas de plumes rectrices à la queue. J’avais auparavant cherché longuement sur internet et perdu espoir d’en trouver ici, en fait. Dans le nord de la France, on aurait pu avoir des œufs fécondés. Nous avons été d’autant plus étonnés d’apprendre qu’il y en avait dans cette ferme à côté de chez nous.

Avant l’arrivée des poules, tout était en ordre et dans le pondoir, il y avait des nichets pour les inciter à pondre. Mais manifestement, les poules avaient une autre conception de ce que devait être leur poulailler. L’après-midi, le grain était renversé, les œufs en plastique envolés dans tous les sens, ainsi que les journaux que nous avions disposés sous la paille dans le pondoir.

Vers le soir, elles utilisèrent aussi les perchoirs. Le matin, elles auraient dû aller dans la volière. Nous sommes restés ¾ d’heure postés bêtement devant le poulailler pour voir laquelle sortirait la première. Mais aucune n’est sortie ! La littérature avicole spécialisée dit que ça peut parfois durer quelques heures. Il nous faut donc attendre.

Ce matin, je suis allée chercher un carton. Son contenu : un coq Sussex. Notre vétérinaire nous a dit que si nous voulions un coq, il ne fallait pas l’acheter, parce qu’il y a tout le temps des gens qui veulent se débarrasser du leur – par exemple quand un jeune coq ne s’entend pas avec le vieux. Vendredi dernier, une auxiliaire du cabinet vétérinaire nous a appelés pour nous dire qu’une de leurs clientes avait un coq à donner, un « Sussex », comme elle disait. Heureusement nous avions déjà les poules, si bien que tout s’est très bien enchaîné et que ce joli coq a évité la casserole ! Et comme c’est un Sussex, il s’appelle maintenant Earl of Sussex (ça, c’est pour le sujet : « non, on ne donne pas de nom à nos poules »). Apparemment, il a chanté dès son arrivée « Ohé, je suis là » ou quelque chose de ce genre. En tout cas, les poules se comportent depuis comme des ados un peu nigaudes, elles gloussent tout le temps et le chipotent sans arrêt.

Au bout d’une demi-heure, il est sorti du poulailler pour aller examiner la volière. Il était donc le premier car aucune poule ne s’était risquée à l’extérieur. Maintenant, il y a aussi une Araucana dehors, et les autres vont certainement sortir elles aussi.

Le voilà : notre premier œuf ! Mais nous ne savons pas de qui il est !

Barbara Jany (Cissac), traduction : Jacqueline Tabuteau


Commentaire : #1

Vous avez envie d'écrire un commentaire? Cliquez ici