Prenons soin des chats!

 

Dans le petit paradis d’Euronat (et probablement aussi dans d’autres centres de vacances) vivent de nombreux chats, plus ou moins réduits à eux-mêmes, qui ont échappé à leurs propriétaires ou ont été abandonnés par eux quand les vacanciers prennent le chemin du retour une fois leurs congés terminés. La vie de ces animaux n’est alors ni paradisiaque ni conforme à la règlementation, et elle le serait encore moins s’il ne se trouvait encore et toujours des amis des animaux qui s’engagent pour s’occuper d’eux. Ainsi s’est constitué un groupe de personnes qui partagent cette préoccupation et se sont donné pour tâche de s’occuper de ces animaux.

Katzen

En tout premier lieu, il faut s’assurer que les chats ne se reproduisent pas sans contrôle. Il faut donc les attraper et les faire stériliser par un vétérinaire. Les soins aux animaux malades est un autre point important. Là aussi, il faut le plus souvent faire appel à un vétérinaire. Et enfin il faut les nourrir. Inutile de dire que tout cela a un coût.

La saison 2017 touche à sa fin et je ne souhaite rien d’autre que de ne plus jamais voir de chatons, avec ou sans leur mère, abandonnés à leur sort ici à Euronat, comme ce fut hélas à nouveau le cas cette année. De plus, il devrait être évident que les chats des propriétaires, mais aussi ceux des vacanciers, visiteurs ou personnel saisonnier - s’ils sont emmenés ici, ce à quoi il n’y a sur le fond rien à redire - doivent être déjà stérilisés et « pucés » ou tatoués, afin qu’on puisse contacter leur propriétaire s’ils s’échappent.

Depuis 2007, je m’occupe intensivement du sort de ces animaux et mon cœur se serre à chaque fois : si vous voyiez cette misère, comment ces chats sont apeurés, amaigris et désespérés, si affamés qu’ils mangent même les grains pour les oiseaux ! Et pourtant on peut supposer qu’ils viennent d’un foyer affectueux - c’est inimaginable ce que l’animal et l’homme (son propriétaire) endurent. Comme je l’ai dit, mes années d’expérience et d’observation attentive de ces animaux m’amènent à constater les choses suivantes :
Les chats qu’on amène en vacances et qui restent ici, quelle qu’en soit la raison, sont essentiellement perturbés par les ARBRES, car qui, parmi tous ces vacanciers ou résidents, habite d’ordinaire en forêt ? En plus, il y a de nouveaux bruits, un environnement inconnu etc…Sans oublier qu’ici, en forêt, il y a des renards, des blaireaux et d’autres animaux qui peuvent s’attaquer aux chats. C’est pourquoi je vous prie instamment de veiller sur votre animal et, si vous en voyez un dans le voisinage, de le ramener chez vous.

Que soient remerciés ici du fond du cœur tous ceux – Allemands et Français - qui m’aident par leurs dons de toutes sortes ou en adoptant des chats. Sans eux, il ne serait pas possible de mener à bien cette tâche que nous, amis des animaux, nous sommes fixée à Euronat.

Petra Zideck (Grayan), taduction : Jacqueline Tabuteau


Commentaire : #1#2

Vous avez envie d'écrire un commentaire? Cliquez ici