Phare de Cordouan - Sortie des adhérents

 

carte

Phare de Cordouan 1

Phare de Cordouan 2

Phare de Cordouan 3

Phare de Cordouan 4

Phare de Cordouan 5

Phare de Cordouan 6

Le 20 juin 2009, était organisée la traditionnelle sortie annuelle des adhérents au phare de Cordouan. Cela demande une certaine logistique mais, après plusieurs années d’expérience, rien ne manque pour la restauration, les distractions et la culture.

Le départ de Port-Bloc fut matinal afin de profiter de la marée basse. L’association avait offert des croissants et du café chaud pour réchauffer les 80 membres de l’expédition, dont certains avaient fait plus de 800 kilomètres pour vivre leur encerclement par l’océan dans le phare.

Comme toujours, la journée passa très vite. Plusieurs visites guidées étaient organisées par les membres du bureau et, grâce à la complicité des gardiens, tous les recoins du phare ont été explorés.

Servi dans le hall, le repas du midi était tellement copieux que tous les restes n’ont pu être dégustés le soir. Comme si tout le monde attendait la tablée de plus de 900 huîtres, ouvertes par quelques spécialistes endurants.

L’après-midi, la chapelle servit de cadre à plusieurs présentations audiovisuelles ayant trait à l’histoire des phares ou à l’évolution du balisage de nos côtes. Ce moment culturel venait après les chants marins d’un écossais médocain.

Vers 20 heures, il a fallu commencer à regrouper tous les effets. Notre séjour était déjà terminé, laissant sur le peyrat, devant le coucher du soleil, les deux gardiens. Le retour fut plutôt mouvementé. La mer était vigoureuse et le patron de la « Bohême II » a dû montrer ses qualités de manœuvrier pour nous éviter d’être encore plus secoués.

Cette journée au phare a été, au moins pour l’un de nous, une sorte de pèlerinage. Henri Villon, gardien de Cordouan dans les années 50, était du voyage grâce à la complicité de son petit-fils. Les anecdotes qu’il raconta sur la vie au phare à cette époque furent appréciées.  

Espérons que la sortie 2010 se déroule toujours dans une ambiance sympathique, entre amoureux de notre beau phare de Cordouan.

Bruno Gasteuil (Le Verdon)

* Association pour la sauvegarde du phare de Cordouan; icivous trouverez une vidéo de cette sortie


Lo gran vaishèth de pèira (2014)


sortie 2014 Aqueste matin coma cada matin, los monges de l’isla de Cordoan qu’an de se levar d’ora: fau amassar la lenha, recatar las brasas dau dessèir e pujar lo tot haut de la Tor. Anèit tornar, farrà alucar lo huc atau que los batèus gahin la mar de Gironda sau camin de Bordèu.

Aquò dura dempui que lo Princi nòste, Princi Negre, decidit d’alucar lo huc a boca de ribèira, a la debuta dau sègle passat (1300). Mes aqueth matin coma cada matin, la mar rosiga l’islòta: la prada d’en-devath ja se cubrís a las marejas granas e las èrsas lecan las parets dau vilatge. Son de mei en mei los ciutadans a húger cap a tèrra en tot deishar l’aiga avançar, un chic mei a cada mareja.

Atau saben, les monges qu’un jorn o l’aute, i aurà de deishar la Tor e lo son huc atudat a tot jamei. Saben que chic a chic la vita de l’isla vaderà saunèis e cançons a córrer los vilatges coma una legenda d’autes còps.
Sauràn tanben los de Solac o de la Punta de Grava, alucar los hucs enganaires sus la plaja, atau de menar los vaishèths a la mòrt…
D’aqueste temps, lo nòste Princi Negre, eth-medish serà vasut legenda dens lo còr daus òmis…
“Espia! me dishut lo vielh Castanèir, quan baisha la mareja, se levan enqüera las pèiras de la Tor, de la Tor deu Princi Negre!” E lo còr sarrat, a mesura que se tirava l’aiga, vesuri se descubrir lo cauç rosigat …
“Ací èra l’isla, e ja ne trobèrem lo potz, davant que lo sable ne mingi lo chic que n’en damorava.”
Es un aute rei occitan, lo nòste Enric qu’acabèt de tornar bastir un semafòre sus l’isla pichoneta de Cordoan. Èra a la debuta dau sègle XVI. De la Tor ne damorava pas guaire arren e los monges avèvan hugit dempui bèra pausa las brasas refrèitidas. Lo navèth arquitècte, Lois de Foish, aurà de bastir mei de 25 ans atau de lutar contra la mar furiosa de pérder la tèrra conquesida. Lo praube òmi morirà davant de véser acabar l’òbra, coma una venjança de la natura atau desfidada.
“A plena mar, l’aiga environa lo far, hardit com un vaishèth de pèira que guarda la ribèira, guia los naviris cap a la Blanca Ciutat e au son fluve eternau.

Sabèvan autes còps escotar Cordoan, quan contava lo cant de las islas londanhas, quan faliva partir e virar son espiada cap a la Mar Grana. Non èra pas causida: lo cant dau despart se sonava necessari atau de subervíver, atau de saunejar lo monde d’endelà. Sabèvan autes còps escotar Cordoan, quan sonava lo tornar, quan la lutz guiava cap a l’ostau dens la Blanca Ciutat, quan s’acabava lo planh de las serenas.” Enqüera quilhat dens son mantèth de pèira, lo far manquèt egau de morir, abandonat o mei leu sacrificat au Diu de la modernitat e de l’automatisacion. Las pòrtas alandadas anavan deishar passar lo vent, l’aiga e los raubaires.

Mes un jorn, un punhat d’amorós portèt aus mossurs la votz de l’Istòria nòsta per sauvar de la mòrt lo rebat de Gasconha.

Eric Roulet (Preignac)