Gens

Reggae Sun Ska - portraits de bénévoles

 

Fanny Bréchignac Chirurgienne esthétique

Cette j eune femme fait partie de la quinzaine de membres de l'équipe des décorateurs responsables des éléments visuels du festival. De la peinture à la sculpture en passant par l'habillage et la signalétique, Fanny est en quelque sorte une chirurgienne esthétique du Reggae Sun Ska, « On est là pour donner un peu de gaîté », confie-t-elle. Pour Fanny, c'est également une bonne manière de réviser, car elle et sa copine Carole viennent de l'Ecran, une école de design et d'arts appliqués située à Bordeaux.
Fanny Bréchignac
Samuel Moktar Samuel Moktar Bénévole, par nature

Ce Bordelais est un employé de l'association Meduli Nature (Blanquefort), qui agit et milite en faveur de la protection de l'environnement travaillant en collaboration avec le Reggae Sun Ska depuis cinq ans. Au festival, il se charge de la mise en place des actions dites « écoresponsables » : tri sélectif des déchets, toilettes sèches, sensibilisation du public, etc. Samuel soutient le projet d'accompagnement « EcoSunSka » visant à limiter au maximum l'impact environnemental d'un événement d'une telle envergure.
La Biche Team La Biche Team Les maîtres des fourneaux

En voilà des bénévoles comme on les aime ! Sous une tente blindée de canapés, les neufs énergumènes de la Biche Team s'occupent de nourrir ces bénévoles affamés déboulant par groupe de 50 pour se rassasier. Outre la préparation des repas offerts- par l'organisation du festival, cette joyeuse bande d'amis se voue à instaurer un climat détendu et fraternel. L'apéro selon Max : « ça fonctionne à la collecte, on fait tourner un chapeau, et chacun donne l'argent qu'il veut boire ».
Julien Soder Il répond à la pelle

Il y a plus d'un mois, les organisateurs du Reggae Sun Ska ont fait appel à un prestataire local afin de défricher le site. Même si le gros des travaux a été fait, des bénévoles sont là pour enlever tout ce qui pourrait gêner les campeurs. C'est le cas de Julien. Originaire d'Alsace, il s'acharne à retirer cailloux, bouteilles, morceaux de métal et autres plaques de goudron ! Un travail pénible et éprouvant. Mais comme le dit un de ses camarades: « 800 coups de pelle pour trois jours de festival, ça vaut le coup! »
Julien Soder
Tof Tof Tagada soin soin

Ce trentenaire porte sur ces épaules une importante responsabilité : gérer les 108 bénévoles qui assureront la prévention pendant le festival. T-Shirt orange facilement identifiable, ces hommes et ces femmes patrouilleront en binôme sur l'ensemble du site afin d'éviter tout débordement. Loin de faire parti du service de sécurité, ils patrouilleront avec leur seul sac à dos dans lequel on trouve une trousse de soins, de l'eau, des préservatifs et même des éthylotests!

source : Journal du Médoc du 4 août 2011

4