Jamais sans mon attestation

 

carte

Nicht ohne meinen Passierschein 1 Il y a dix jours, je me suis exprimée dans mon blog de façon plutôt ironique sur les effets du coronavirus. Depuis, la situation s’est aggravée en France, et on en parle aussi en Allemagne. Hier soir et pour la deuxième fois de la semaine, Monsieur le Président s’est adressé à ses « compatriotes », ses concitoyens. La télé a retransmis les vingt minutes de son discours, la radio aussi, et nous avons écouté, assis dans la cuisine. L’hymne national a même été joué au début et à la fin du discours. Monsieur le Président a exprimé son incompréhension devant le fait que l’appel à rester à la maison lancé dans son précédent discours, reste manifestement largement ignoré. (Moi aussi, je trouve ça incompréhensible.) Donc, à partir d’aujourd’hui, d’autres règles entrent en vigueur. Dans son discours, il n’a certes pas employé expressément le terme de « confinement », c'est-à-dire l’interdiction de sortir, mais c’est bien ce que nous avons maintenant. On a seulement le droit d’aller au travail -s’il n’est pas possible de télétravailler-, de faire les courses de première nécessité, de se déplacer pour raisons de santé -par exemple pour aller chez le médecin-, pour motif familial impérieux et enfin par exemple pour faire son jogging ou promener son chien, mais toujours seul, pas en groupe ! Pour toutes ces activités, il faut au préalable télécharger cette attestation, la remplir et l’avoir sur soi :

Même si, quand je sors les chiens, on voit clairement ce que je fais et en plus, je ne crois pas que la gendarmerie sillonne bois et vignobles pour contrôler si les éventuels promeneurs ont rempli leurs attestations – qu’importe, j’aurai à l’avenir mon attestation remplie en poche. Et sinon :

- A onze heures ce matin, le boulanger du village n’avait plus de pain.
- Le club canin est fermé lui aussi, bien sûr, mais enverra chaque semaine par mail des exercices qu’on peut faire avec son chien.
- Un journal a titré « Arrivée massive de Parisiens sur nos côtes ». En effet, beaucoup de Parisiens qui ont une résidence secondaire quelque part sur la côte, ont débarqué. Ça ne va pas vraiment dans le sens d’un ralentissement de la propagation du virus….

Nicht ohne meinen Passierschein 3 Nicht ohne meinen Passierschein 2- Comme je viens de le lire, les gens se ruent non seulement sur les denrées alimentaires, mais maintenant aussi sur l’essence.

Et bien nous, on ne va pas avoir besoin d’essence parce qu’on ne va pas pouvoir faire de longs trajets vu que notre pneu avant droit fuit constamment. Certes les garages sont ouverts, mais le garagiste d’ici n’a pas de pneu des dimensions du nôtre et il doit en commander un. Il faut qu’on s’en occupe dans les prochains jours. Est-ce qu’on avait vraiment besoin de ça maintenant ?

Pour nous adoucir un peu l’existence, j’ai essayé une nouvelle recette de brownie – vraiment succulent !

2020 Barbara Jany (Cissac), traduction : Jacqueline Tabuteau

Confinement J 32

4