Fin de guerre dans le Médoc 05

auteur : Erwin Kindsgrab

table des matières
A propos de la situation alimentaire dans la forteresse 

 

carte

Mis à part les stocks habituels de produits alimentaires que les troupes doivent obligatoirement avoir en réserve, la forteresse n’était pas préparée à soutenir de façon autonome un siège d’une certaine durée. Le Z 24 rapporta de nouvelles rations provenant de la liquidation partielle du dépôt alimentaire de Bordeaux. Une partie de ces produits ne put toutefois pas être déchargée à cause du naufrage prématuré du bateau.

Le 24 août, le dernier convoi composé de 3 camions d’alimentation et de vêtements arrive à Soulac par la route après la liquidation à Bordeaux. En même temps arrive pour la dernière fois l’argent français venant de la Reichskredit-Kasse (prétendument plus d’un million de francs). (Les troupes d’occupation touchent, pendant toute la durée de l’occupation, la « solde militaire » [Wehrsold], tous les 10 jours, comme en temps normal.)

affiche

L’établissement du Vorfeld a pour but, à côté de l’avancée de la ligne de défense, de créer un espace qui permettrait, en cas de siège durable, de résoudre la question de l’approvisionnement par ce qu’on nomme « la réserve d’approvisionnement de la forteresse ». Cette question est confiée au service de l’approvisionnement sous le commandement du lieutenant …. (illisible). Des ordres sévères sont donnés en cas de manquement, réquisitions arbitraires, vols : peine de mort pour celui qui s’en prend aux stocks alimentaires. Pour sécuriser davantage l’approvisionnement, on prépara l’opération « Mortagne » (impossible de retrouver la date exacte –peut-être février ?). Une compagnie de fantassins à peu près fut embarquée sur 4 bateaux gardes-port. Objectif : se procurer de la farine, des céréales, dans les silos qui se trouvaient là. Si possible en négociant. Il devait toujours s’écouler 12 heures entre le début et la fin de l’opération pour avoir un niveau d’eau suffisant, car le petit port n’est accessible qu’à marée haute. Commandant de l’opération : Lieutenant de Vaisseau WILD, de métier « pilote de l’Elbe ».

Tôt le matin, le bateau 1 entre dans le port. Après avoir débarqué les fantassins, 3 bateaux restent en couverture devant le port. L’aspirant (Oberfähnrich) TESDORFF (dans le civil, propriétaire à Lübeck d’une des plus grandes firmes allemandes d’importation de vin, et qui possède, grâce à ses relations commerciales d’avant-guerre, des contacts personnels et familiers avec tous les grands domaines vinicoles du Médoc et de Bordeaux et qui parle très bien français) est envoyé, avec 2 hommes, comme négociateur et interprète ; il doit essayer d’obtenir de la mairie que la prise de farine et de céréales se déroule autant que possible sans résistance ni violence. TESDORFF et ses 2 camarades sont faits prisonniers ; la partie adverse refuse de négocier. (On ne reverra TESDORFF qu’après la guerre, comme prisonnier dans un camp d’officiers. Il est mort il y a environ 2 ans à l’âge de 62 ans.) La réquisition, maintenant inévitablement violente, se heurte à une résistance énergique du côté français. On tire dans la rade depuis la terre avec des canons de 2 cm etc sur une partie des bateaux de sécurité. Le commando de fantassins est fortement bousculé par des tirs. Le blé déjà chargé sur un canot ne peut pas être emporté, parce que la pression se fait trop forte et que le bateau 1 doit se retirer avant le plein de la marée – le canot chargé a trop de tirant d’eau. Au cours de ces combats, le Lieutenant de Vaisseau WILD reçoit une balle dans le cou. Il sera évacué plus tard –par l’île d’Oléron- pour être opéré à l’hôpital de La Rochelle. C’est là qu’il est décédé.

lire la suite

traduction : Jacqueline Tabuteau ; extrait d'un récit de guerre de la fin de la forteresse Gironde-Sud ; le texte provient d’une source inconnue et il est incomplet. Merci si vous pouvez nous donner des informations plus précises !
photo : Chazette, A./Reberac, F.: Royan - Pointe Grave, Poches de L'Atlantique, Livre des Editions Histoire & Fortifications